14/04/2017



CARTES POSTALES , OH GABY !
Regardons-les bien...






_________________________________________________________________________________________







_____________________________________________________________________________________________








04/04/2017



Quelque nouvelle de Bisson...


Voici un dessin-gravure de 1883 présentant la scène suivante :
Les marins du bateau "Le Voltigeur" visitent la colonne commémorative de l'enseigne Bisson 
se trouvant à Stampalia (aujourd'hui Astipaléa). 

Le dessinateur est Gustave Janet et le graveur Charles Baude.



Verso

o0o

Gustave Janet
1829 - 1898

Gustave Janet fut dessinateur et lithographe. 
Il collabora à de nombreuses publications telles  " Le Monde illustré" et "La Revue de la mode".


o0o


La colonne Bisson aujourd'hui


29/03/2017



BULLETINS PAROISSIAUX

Voici les bulletins de l'année 1911.
l'année est complète
Pour les lire, cliquez sur les couvertures présentées.
Toujours des nouvelles de Guémené dans la chronique paroissiale, l'histoire des chapelles St Gilles,Ste Christine et St Roch... signification des noms propres... la franc-maçonnerie à Guémené...le recensement... une épreuve du certificat d'études... et beaucoup d'autres informations.


LA CLOCHE 1911

N° 1 -  08 janvier

N°2 - 22 janvier

N°3 - 03 février

N°4 - 19 février

N°5 - 03 mars

N°6 - 19 mars

N°7 - 02 avril

N°8 - 16 avril

N°9 - 07 mai

N°10 - 21 mai

N°11 - 04 juin

N°12 - 23 juin

N°13 - 02 juillet

N°14 - 23 juillet

N°15 - 06 août

N°16 - 20 août

N°17 - 05 septembre

N°18 - 17 septembre

N°19 - 01 octobre

N°20 - 15 octobre

N°21 - 29 octobre

N°22 - 19 novembre

N°23 - 03 décembre

N°24 - 17 décembre

N°25 et non 24 - 31 décembre 1911


28/03/2017




   Des hommes, un four, du pain...
VIEILLE CARTE POSTALE
WARRON


26/03/2017


CINÉ...CINÉMA...CINÉROCH


Comme chaque année votre cinéma CINEROCH 
vous présente des classiques du cinéma en version restaurée
dans le cadre du FESTIVAL PLAY IT AGAIN
tels que...



Lire le programme détaillé de ce festival ainsi que les autres événements d'avril
en cliquant sur cette affiche



O0O


ÉGALEMENT CETTE SEMAINE




O0O


Changez-vous les idées...



25/03/2017



LE DORDU
  LANGOËLAN 

Le Dordu (quel drôle de nom !) est un lieu de balade bien agréable où il fait bon traîner toute l'année au gré des heures de la journée et des saisons. C'est un havre de paix qui réconcilie avec la nature ... 



Voici une invitation à la promenade magnifiée par les vers du grand écrivain-poète Jean Racine...


Que c’est une chose charmante
De voir cet étang gracieux
Où, comme en un lit précieux,
L’onde est toujours calme et dormante !
Mes yeux, contemplons de plus près
Les inimitables portraits
De ce miroir humide ;
Voyons bien les charmes puissants
Dont sa glace liquide
Enchante et trompe tous les sens.

 
Déjà je vois sous ce rivage
La terre jointe avec les cieux,
Faire un chaos délicieux
Et de l’onde et de leur image.
Je vois le grand astre du jour
Rouler, dans ce flottant séjour,
Le char de la lumière ;
Et, sans offenser de ses feux
La fraîcheur coutumière,
Dorer son cristal lumineux.


Je vois les tilleuls et les chênes,
Ces géants de cent bras armés,
Ainsi que d’eux-mêmes charmés,
Y mirer leurs têtes hautaines ;
Je vois aussi leurs grands rameaux
Si bien tracer dedans les eaux
Leur mobile peinture,
Qu’on ne sait si l’onde, en tremblant,
Fait trembler leur verdure,
Ou plutôt l’air même et le vent.


Là, l’hirondelle voltigeante,
Rasant les flots clairs et polis,
Y vient, avec cent petits cris,
Baiser son image naissante.
Là, mille autres petits oiseaux
Peignent encore dans les eaux
Leur éclatant plumage :
L’œil ne peut juger au dehors
Qui vole ou bien qui nage
De leurs ombres et de leurs corps.



Quelles richesses admirables
N’ont point ces nageurs marquetés,
Ces poissons aux dos argentés,
Sur leurs écailles agréables !
Ici je les vois s’assembler,
Se mêler et se démêler
Dans leur couche profonde ;
Là, je les vois (Dieu ! quels attraits ! )
Se promenant dans l’onde,
Se promener dans les forêts.



Je les vois, en troupes légères,
S’élancer de leur lit natal ;
Puis tombant, peindre en ce cristal
Mille couronnes passagères.
L’on dirait que, comme envieux
De voir nager dedans ces lieux
Tant de bandes volantes,
Perçant les remparts entrouverts
De leurs prisons brillantes,
Ils veulent s’enfuir dans les airs.


Enfin, ce beau tapis liquide
Semble enfermer entre ses bords
Tout ce que vomit de trésors
L’Océan sur un sable aride :
Ici l’or et l’azur des cieux
Font de leur éclat précieux,
Comme un riche mélange ;
Là l’émeraude des rameaux,
D’une agréable frange,
Entoure le cristal des eaux.


Mais quelle soudaine tourmente,
Comme de beaux songes trompeurs,
Dissipant toutes les couleurs,
Vient réveiller l’onde dormante ?
Déjà ses flots entrepoussés
Roulent cent monceaux empressés
De perles ondoyantes,
Et n’étalent pas moins d’attraits
Sur leurs vagues bruyantes
Que dans leurs tranquilles portraits.


Jean Racine
Lettre à Mademoiselle Vitart